Bienvenue sur la référence Panafricaine du sport...
pub don
pub don

GRAND SLAM DE JUDO: LES AMBITIONS DE TERENCE KOUAMBA

GRAND SLAM DE JUDO: LES AMBITIONS DE TERENCE KOUAMBA

Pour son premier Grand Slam de Paris de judo, Terence Kouamba (-81kg) a emmagasiné pas mal d’expérience au plus haut niveau. Le Gabonais,  seul athlète à représenter son pays, a réussi à passer un tour dans le prestigieux tournoi européen. Exilé depuis huit mois à Budapest, le judoka de 24 ans continue son apprentissage avec pour ambition de viser le podium aux prochains championnat d’Afrique. Au lendemain du week end parisien, Çamedisport est allé à la rencontre du natif de Libreville qui prolonge son séjour dans la capitale française en effectuant un stage de trois jours sous l’égide de la fédération française de judo.

çameditsport.com

Pour votre première participation au Grand Slam de judo de Paris, quel bilan faites vous de votre prestation?

Terence Kouamba : Je suis venu ici pour me battre et représenter mon pays. J’ai des objectifs à atteindre. Ce tournoi sert de préparation pour les prochains championnats d’Afrique. Pour mon premier match, je suis tombé sur un Serbe que j’ai battu. Malgré cette victoire, il y avait encore quelques retouches à faire. Ensuite, j’ai hérité d’un Argentin qui a pris le dessus. Au final, j’ai passé le premier tour.

Quels étaient les objectifs que vous vous étiez fixés en participant au tournoi parisien?

J’ai débarqué ici pour me jauger par rapport aux meilleurs et voir à quel niveau je me situe. Je vise le podium pour les championnats d’Afrique.

Vous êtiez l’unique représentant du Gabon sur le tournoi. Qu’est ce que cela  représente d’être le seul porte-drapeau?

C’était une fierté de représenter mon pays et de se dire que je suis le meilleur. C’était une joie d’être ici au milieu de grands champions.

Comment vous êtes vous préparé pour venir affronter la crème du judo mondial?

Je réside depuis huit mois au centre international du judo de Budapest, en Hongrie.En compagnie de plusieurs athlètes africains, c’est là bas que je me prépare mes compétitions.

Est-ce un avantage d’assurer sa préparation en Europe?

C’est avantageux car il y a beaucoup de partenaires auprès desquels on peut se mesurer. Ce n’est pas le cas au pays. A Budapest, on a la possibilité d’aller au dojo national et de tester leurs champions.

Depuis que vous vous entrainez en Hongrie, dans quels domaines avez vous progressé?

J’ai pas mal progressé au sol et dans le kumikata (saisie de manche l’ adversaire).

Vous venez de côtoyer le gotha mondial. Que faut il faire pour tutoyer les meilleurs?

Je dois m’améliorer au niveau de l’agressivité, dans la détermination et l’envie d’aller de l’avant. Ce sont les éléments qui me permettront de progresser.

Entretien réalisé par Victorien Félicité pour Çameditsport

aire france

A propos de l'Auteur

Equipe de rédaction çameditsport.com la référence Panafricaine du sport

Articles Similaires

Laisser un commenatire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pub ktocreative
pub ktocreative