Bienvenue sur la référence Panafricaine du sport...
pub don
pub don

JEUX OLYMPIQUES D’HIVER: LES PARTICIPATIONS FORT DISCUTABLES DE L’AFRIQUE

JEUX OLYMPIQUES D’HIVER: LES PARTICIPATIONS FORT DISCUTABLES DE L’AFRIQUE
Tenus et organisés sous des températures glaciales pas du tout courantes en Afrique, les jeux olympiques d’hiver au final tournent pour les athlètes représentant le continent, au rendez-vous de la débâcle et de la honte. Faut-il pour nos pays raisonnablement y participer?
D’abord et parce qu’il s’agit des disciplines sportives dont la pratique, la vulgarisation et les règles sont inconnues du large public continental, l’on se demande bien qu’ont nos pays à aller se perdre dans ces galères;
Ensuite pour le peu d’engouement télévisuel qui se remarque sur les audimats et même pour les quelques téléspectateurs qui se dérangent à regarder ces jeux, ce n’est pas toujours un spectacle attachant et glamour que de voir défiler ici et là, tous ces athlètes emmitouflés dans des combinaisons de spationautes. Si le slalom géant et le ballet sur glace (patinage artistique) offrent des figures de style captivantes et forcent l’admiration des plus sceptiques, c’est que dans la grâce des gestes, la finesse des exécutions, il y a une beauté qui ne peut laisser indifférent.Mais pour le reste, c’est passez il n’y a rien à voir;
Enfin et plus pathétique encore, c’est toujours dans des portions congrues que cette participation africaine est confinée faute de mieux et d’arguments convaincants en termes de prestations. La raison étant qu’il n’y a pas suffisamment d’athlètes pour les différentes disciplines. Seule une minorité « africaine » (les guillemets sont de rigueur) tirée pour l’essentiel de la diaspora, s’ébroue à travers cette compétition avec des enfants nés ou formés hors d’Afrique, à affirmer on s’en doute bien, des nationalités d’origine quelques fois lointaines. Et le drame justement c’est que, nos pays qui n’organiserons jamais ces jeux d’hiver pas par leur faute, mais du fait de la nature (sauf si d’ici là, le dérèglement climatique change pour longtemps la donne), tombent dans le panneau de la participation facile en donnant leur onction au nom d’on ne sait quel œcuménisme sportif, à la figuration désobligeante.
LE BALLET DES FLOPS
Pour ces jeux de Pyeong Chang qui vont se clore d’ici demain le 25 février 2018, le bilan en presque fin de compétition pour l’Afrique n’est guère reluisant. Il est, n’ayons pas peur des mots, au déshonneur. Flirter en permanence depuis l’année 1960 date de la première participation du continent à cette compétition avec le bas du tableau et des classements, ne semble pas une initiative de bon aloi. Sauf pour des raisons essentiellement financières qu’on ne peut avouer. Pourquoi nous efforçons-nous à vouloir pratiquer des disciplines qui ne relèvent pas de notre quotidien et de nos us? Sur les 36 pays représentés à ces 23ème jeux d’hiver en Corée du Sud, 08 venaient d’Afrique à savoir: L’Erythrée, le Nigéria, le Kenya, le Maroc, le Ghana, le Togo, l’Afrique du Sud et Madagascar. On peut et doit même en rire pour certains tellement la farce est grosse. Mais bon passons! Il faut bien que l’anneau noir du symbole de l’olympisme ait quelque part du sens.
Les quelques espoirs du continent à cette compétition avaient pour nom: le marocain Samir Azzimani, le ghanéen Akwasi Frimpong, la nigériane Simidele Adeagbo, la kenyane Sabrina Simader, la malgache Mialitiana Clerc, la togolaise Mathilde-Amivi Petitjean, l’érythréenne Shannon-Ogbani Abeda. En dehors pour ces athlètes de réaliser sans doute leurs petits rêves d’olympisme, les pays qu’ils représentaient ont pris un sacré coup de déshonneur sur leur tête.
A titre d’illustration non exhaustive, citons au slalom géant féminin, la malgache Mialitiana qui s’est classée 48è sur 58 concurrentes avec 19 secondes de retard sur la médaillée d’or américaine Mikaela Shiffrin. Quant à la kenyane Sabrina Simader, la pauvre n’a même pas terminé l’épreuve. Bonjour tourisme, farniente et médiocrité.
Au ski de fond alors, la togolaise Mathilde-Amivi Petitjean s’est classée 83è sur 90 avec plus de 07 minutes de retard sur la norvégienne Ragnhild Haga médaillée d’or. De l’équipe nigériane de Skeleton ou bobsleigh, inutile de s’attarder sur sa prestation.
Voilà le panorama de la représentation du continent à cette compétition des pays de l’hémisphère nord pour l’essentiel. Franchement, est-ce que ces jeux nous concernent?
Par Célestin BIAKE DIFANA
aire france

A propos de l'Auteur

Journaliste ,Chroniqueur sportif & Rédacteur en Chef çameditsport.com

Articles Similaires

Laisser un commenatire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pub ktocreative
pub ktocreative